Falaise Hervé Maunoury : « Il y a du retard car ils n'étaient pas prêts »

À la moitié du mandat, les membres de l'opposition dressent le bilan de leur action mais aussi de la majorité. S'ils jugent plutôt positivement l'action de la municipalité, ils regrettent le retard pris dans de nombreux dossiers.

29/03/2017 à 16:36 par Pascal Lecoq

Les élus de l'opposition municipale. De gauche à droite : Sandrine Petit, Jacques Le Bret, Hervé Maunoury, Miguel Barbera et Bénédicte Lebailly (manque sur la photo Cécile Guével-Badou). -
Les élus de l'opposition municipale. De gauche à droite : Sandrine Petit, Jacques Le Bret, Hervé Maunoury, Miguel Barbera et Bénédicte Lebailly (manque sur la photo Cécile Guével-Badou).

L’équipe

Le visage de l’opposition n’a plus grand-chose à voir avec l’équipe élue le dimanche 30 mars 2014. Si Hervé Maunoury et Cécile Guével-Badou sont encore en place, les autres membres ont changé. Dès les premiers jours, Dominique Jonquet a laissé son poste au profit de Miguel Barbera. Bénédicte Lebailly, Sandrine Petit et Jacques Le Bret ont remplacé Vincent Trocherie, Gwenaëlle Percheron et Bernard Vettier.

« L’équipe a changé mais elle fonctionne super bien. Nous avons la chance de bien nous connaître et ce sont encore des élus de la liste qui étaient amenés à prendre des responsabilités en cas d’élection donc ils connaissent les dossiers » souligne Hervé Maunoury. Un bon fonctionnement essentiel selon lui « quand on voit l’exigence de temps et de travail que nécessite la fonction d’élu d’opposition. C’est un boulot bénévole avec une à deux réunions par semaine plus le temps de préparation. C’est d’autant plus difficile que nous n’avons pas la main sur l’agenda mais nous sommes quand même assidus, nous sommes présents à toutes les réunions. Nous sommes deux par commission avec un pilote par dossier. L’information circule bien entre nous ».

Leur méthode

« Nous prenons notre rôle à cœur, nous avons un rôle d’aiguillon » explique Hervé Maunoury. « C’est important d’exercer ce contrôle du travail de la majorité. C’est une opposition vigilante et exigeante. Quand il faut taper du poing sur la table, on le fait. Comme avec la délégation de service public de l’eau ou le chantier du centre socio-culturel ».

On vote environ 90% des délibérations

Pas question pour autant de freiner le travail de la municipalité. « On vote environ 90 % des délibérations » précise l’ex-membre du PS. « Notre ligne directrice, c’est : est-ce conforme aux engagements que nous avions pris en 2014 ? Nos priorités étaient le rayonnement et l’attractivité de la ville. Les projets qui vont dans ce sens-là, nous votons pour ».

Les relations avec la majorité

Hervé Maunoury le reconnaît, « le début de mandat est parti sur les chapeaux de roue, la première année a été très difficile ». Départ de l’équipe en plein conseil, échanges houleux avec certains membres de la majorité, invectives par communiqués… l’après-élection a été dure à gérer. « Eux pensaient peut-être que nous allions nous taire. De notre côté il y avait peut-être de la frustration. Nous avons eu une discussion avec le maire, il a compris notre façon de travailler. Et nous avons sans doute mis de l’eau dans notre vin. On s’est apprivoisé et on est de plus en plus associé au travail, notamment à travers des comités de pilotage ».

Nos remarques sont toujours faites à l’encontre des fonctions d’élus, pas contre les hommes

Ce qui n’empêche pas le débat et, parfois, des échanges tendus. « Mais nos remarques sont toujours faites à l’encontre des fonctions d’élus, pas contre les hommes. Par exemple lors du dernier conseil, au sujet de la fusion des écoles, nous visions l’adjoint aux affaires scolaires, pas Patrick Barthe » précise Hervé Maunoury.

Les points positifs

Les membres de l’opposition mettent en valeur le travail mené par la municipalité sur plusieurs dossiers : le régime indemnitaire pour les employés de la ville, le plan école numérique, la politique culturelle, la gestion du château Guillaume-le-Conquérant, les efforts en matière de sécurité routière (plateau rue Aristide-Briand), la mise en place d’une Université Inter-Ages, le travail mené pour l’élaboration d’un pôle de santé, etc.

Il y a un manque de cohérence et notamment pas de vision sur les pistes cyclables

Ils regrettent néanmoins « un manque de vision d’ensemble ». Comme sur le dossier sécurité : « il y a un manque de cohérence et notamment pas de vision sur les pistes cyclables ». Ou sur la rénovation du camping. « On connaît déjà le maître d’ouvrage pour le bâtiment alors qu’on ne sait pas encore vraiment ce qu’on fait du camping » regrette Miguel Barbera.

« Je ne comprends pas qu’on fixe des priorités sans avoir les résultats de l’étude » affirme Hervé Maunoury. Il reconnaît cependant l'urgence de refaire la rue de la Pelleterie.
« Je ne comprends pas qu’on fixe des priorités sans avoir les résultats de l’étude » affirme Hervé Maunoury au sujet de l'étude urbaine. Il reconnaît cependant l'urgence de refaire la rue de la Pelleterie.

L’étude urbaine

Si l’opposition approuve le travail de fond mené lors de l’étude urbaine, elle déplore la méthode de travail et surtout le retard pris dans ce dossier. « Notre regret, c’est qu’il faut arriver à la veille de 2018 pour avoir une vision d’avenir. Cela aurait dû être travaillé avant ». Miguel Barbera fustige « le mauvais travail de préparation. Ils n’ont pas arrêté de modifier le périmètre de l’étude ».

Autre incompréhension, Eric Macé a déjà fixé les priorités en matière de travaux : la rue de la Pelleterie début 2018, la place Belle-Croix et la rue Porte du château. « Je ne comprends pas qu’on fixe des priorités sans avoir les résultats de l’étude » souligne Hervé Maunoury.

Eco-quartier à Guibray

Cette critique sur la méthode de travail s’applique au projet d’éco-quartier des Griffons, dans le quartier de Guibray. « Ça traîne en longueur. On en parlait déjà lors du précédent mandat. C’est pourtant un dossier important car on continue de perdre des habitants et on ne construit pas. Les dernières constructions datent du Pilier vert. Le résultat, on le voit avec la chute des effectifs dans les écoles ».

Le retard s’accumule

La gestion de ces deux derniers dossiers est symptomatique, selon l’opposition, de la gestion de la ville : « ça avance mais doucement. Il y a du retard car ils n’étaient pas prêts. Pourtant une partie de l’équipe était déjà là lors du précédent mandat. Si le projet avait été plus préparé, ils seraient plus avancés » juge Hervé Maunoury.

14700 Falaise

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Falaise - Vendredi 28 avril 2017

Falaise
Ven
28 / 04
13°/3°
vent 18km/h humidité 78%
Sam15°-2°
Dim17°-7°
Lun15°-6°
Mar15°-6°

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter